Plan du Site
  • S'inscrire à la newsletter
  • Envoyer cette page à un ami
  • Ajouter ce site à vos favoris
  • Imprimer la page

Gestion piscicole - Etat des lieux

Plan départemental pour la protection du milieu aquatique et la gestion des ressources piscicoles – FDAAPPMA Aveyron

Le plan départemental pour la protection du milieu aquatique et la gestion des ressources piscicoles met en évidence un état perturbé pour la totalité du bassin versant du Viaur.

En effet, le diagnostic des 6 contextes fait ressortir un état perturbé avec plus ou moins de déficit selon les sous bassins versants. La méthodologie du PDPG ne peut appréhender avec efficacité les problèmes inhérents à la pollution diffuse qui demeure fortement insidieuse sur l’ensemble du bassin du Viaur de telle sorte qu’il paraît probable que les déficits constatés soient bien en deçà de la réalité.

 

 

CONTEXTE

 

Viaur amont de Pont de Salars

Vioulou amont Pareloup

Viaur de Pont de Salars jusqu’au Pont du Diable + Vioulou aval + Bage

Viaur de l’aval du Pont du Diable jusqu’à la confluence avec le Céor + Nauze

Céor

Giffou, Cône, Durenque

DEFICIT

41%

68.4%

54%

43%

30%

35%

 

La synthèse des perturbations rencontrées sur le bassin du Viaur est délicate tant ce bassin est un réceptacle des problèmes que l’on met en évidence sur l’ensemble du département.

 

La plupart des têtes de bassin, site de reproduction de la truite, sont soumis à de gros problèmes de colmatage.

Les politiques successives de drainage des zones humides ont engendré via le curage et le recalibrage des petits ruisseaux la destruction des zones de frayères ou leur colmatage par des apports direct de sable ou de limon dans le lit du cours d’eau. Autre conséquence directe mais plus pernicieuse de l’assèchement des zones humides réside en l’augmentation des débits en période de crue et en leurs faiblesses en période estivale.

L’impact de plus en plus marqué de ces étiages corrélé à la présence de nombreux étangs en tête de bassin en prise direct avec le cours d’eau induit une augmentation de la température de l’eau mettant en péril les populations de truites complètement inféodées à celle ci.

L’ensemble des rejets directs et diffus est responsable d’une pollution diffuse pernicieuse dont l’impact sur les populations de truites fario est très difficile à mettre en évidence.

 

Bien que la rivière Viaur soit, dans une moindre mesure, confrontée aux perturbations précitées, on met en évidence de sérieux problèmes de colmatage et de débit inhérents à la présence des barrages EDF de Pont de Salars et de Pareloup.

L’ensemble du bassin versant du Viaur est également touché par le problème des chaussées qui stoppe la franchissabilité des géniteurs en période de reproduction, réchauffe l’eau par création de zones lentiques et colmate les frayères.

 
Inter actu
Ecrevisse à pattes blanches

Ecrevisse à pattes blanches

Truite Fario

Truite Fario

Sandres

Sandres

Goujon

Goujon

En effet, les niveaux d'abondance sont relativement faibles vis à vis des potentialités des milieux et ce d'autant plus que les opérations de repeuplement peuvent contribuer dans certains cas à surévaluer les populations.

 

Pour le Viaur, la truite Fario est bien représentée sur le cours supérieur jusqu'à Camboulas.

 

A l'aval de la retenue de Pont de Salars, le peuplement a été fortement modifié par la vidange de ce réservoir en 1995. La truite Fario était très faiblement représentée par rapport aux espèces indésirables sur un cours d'eau de première catégorie piscicole (perches, gardons). En 1996, le peuplement est moins perturbé : présence du vairon, régression de la perche et absence du gardon. Le caractère dominant est le vieillissement de la population de truites en liaison avec les difficultés de reproduction pour cette espèce dans un milieu où l'habitat est dégradé par le colmatage des fonds et les particules fines.

 

 A Camboulas, les effets mécaniques de la vidange de la retenue de Pont de Salars induits par la forte augmentation des débits (entraînement vers l'aval de la population piscicole) ont été plus limités sur ce site. Les caractéristiques morphodynamiques, avec la présence de nombreux abris hydrauliques et des zones profondes ont joué un rôle important.

 

La diversité spécifique augmente normalement sur le cours aval en rapport avec l'évolution des potentialités du milieu. Les résultats des inventaires et des sondages montrent la régression des potentialités salmonicoles à l'aval de la confluence avec le Vioulou. La truite Fario devient une espèce marginale à partir de Pont de Grand Fuel.A l'aval de la confluence avec la Vioulou, le Viaur a eu à subir la vidange de Pareloup en 1993. Les effets de cette vidange à l'aval immédiat de la confluence, ont été atténués et se sont principalement manifestés sur les jeunes stades. La dévalaison des espèces en provenance de la retenue s'est cantonnée majoritairement sur le Vioulou. Le peuplement de truites Fario, espèces d'accompagnement et cyprins d'eaux vives, est conforme au niveau typologique théorique actuel du cours d'eau. Toutefois, les populations de truites Fario sont en deçà des potentialités naturelles du cours d'eau.

 

A Pont de Grand Fuel, la truite n'est plus qu'une espèce marginale. Le secteur inventorié correspond à une zone de grossissement où naturellement les salmonidés sont en concurrence avec les cyprins d'eaux vives. Ces zones sont généralement plutôt colonisées par des sujets adultes pour la truite Fario. Elles sont tributaires de la qualité du milieu du bassin amont pour la production de juvéniles. Les impacts directs et indirects liés à l'exploitation hydroélectrique de la ressource favorisent une cyprinisation du cours d'eau.

 
Inter actu
 
Contrat Rivière Viaur

SMBV Viaur - 10 cité du Paradis - 12800 NAUCELLE

tél. : 05.65.71.12.64 - fax : 05.65.71.10.98

sage.viaur@orange.fr - www.riviere-viaur.com