Plan du Site
  • S'inscrire à la newsletter
  • Envoyer cette page à un ami
  • Ajouter ce site à vos favoris
  • Imprimer la page

La qualité biologique

L'étude hydrobiologique traduit les impacts des apports trophiques sur la faune par une modification éventuelle des peuplements, soulignant l'influence de la qualité de l'eau sur le compartiment biologique. Elle intègre également la composition physique de la station d'étude et donne une image globale de l'écosystème aquatique. 

La qualité biologique des cours d'eau : le suivi des Macro invertébrés benthiques

Le suivi de la qualité biologique

Résume les classements des différentes rivières pendant les saisons estivales 2003 et 2005 selon la valeur de l’IBGN. Pour ce faire, nous signalons les éléments pris en considération pour la détermination de la note indicielle de l’IBGN, à savoir

 

- la richesse faunistique, déterminée par le nombre d’unités systématiques (U.S.), reflet du type de substrat (habitabilité de la station) à condition que la qualité physicochimique de l’eau ne soit pas le facteur limitant

- le groupe indicateur (G.I.), reflet de la qualité physicochimique de l’eau puisqu’il prend en considération la polluosensibilité des taxons qui le composent.

 
Inter actu

Récapitulatif des notes IBGN et des classes de qualité obtenues

Rivière
Stations

Eté 2003

Eté 2005

Ete 2007

Eté 2008

Note IBGN

US

GI

Note IBGN

US

GI

Note IBGN

US

GI

Note IBD

Note IBGN

US

GI

Note IBD

Le VIAUR
Gleysenove

16

34

7

18

37

8

14

25

7

12.6

20

41

9

12.6

LE CEOR
Cassagne

10

24

4

17

33

8

14

26

7

11.8

15

33

9

12.5

LE CONE
La Borie

16

32

8

18

34

9

17

32

9

14.4

19

40

9

14.3

LE LEZERT
Moulin de Roumégous

17

30

9

19

37

9

17

32

9

11.9

20

41

9

12.3

US : Unité Systématique

GI : Groupe Indicateur

IBGN - IBD Classe de qualité
> 17 1A : Très Bonne
16-13 1B : Bonne
12-9 2 : Passable
8-5 3 : Médiocre
<4 4 : Pollution excéssive

 

 
Inter actu

La qualité biologique

Equilibre savant

 

   

 

 

A la station de Gleysenove, le Viaur

Il présente du point de vue faune macrobenthique, une qualité Très bonne (1A) et donc une nette amélioration par rapport à l’année 2007 (1B Bonne). Cette bonne note est la résultant du gain de 16US par rapport à 2004 et surtout de la présence du taxon indicateur Perlobidae, du groupe indicateur 9 (en 2007 la taxon indicateur était du groupe 7).

L’étude des diatomées maintient, par contre, sa valeur indiciaire la position en classe 2 (qualité passable). Le peuplement diatomique est toujours dominé par un cortège d(espèces polluo-tolérantes, qui se développent de préférence dans un milieu chargé en matière organique. Ce peuplement est moins diversifié que celui des maco invertébrés, comme témoignent les valeur de l’indice de Shannon.

A partir de l’analyse en fonction des prélèvements marginaux et dominants, nous constatons que le composition faunistique moyenne obtenue par l’IBGN DCE (12 prélèvements) est légèrement différente de celle obtenue avec l’IBGN DCE compatible. Les 4 prélèvements supplémentaires apportent 8 taxons de plus au niveau du genre et 3 au niveau de la famille, sans changement du groupe indicateur. En 2007 cette différence était moins marquée car l’apport au niveau du genre n’était que de 3 taxons au niveau du genre et de 2 au niveau de la famille.

Pour le Céor, à Cassagnes

Pour le Céor, à Cassagnes, le constat est le même : on note une nette amélioration de la qualité biologique, mise en évidence par l’augmentation de la richesse taxonomique avec 7 taxons de plus qu’en 2007. Le taxon indicateur fait partie du groupe 9 et, de ce fait la qualité biologique pass de qualité bonne (classe 1B) à Très bonne (classe 1A).

L’étude des Diatomées confirme cette amélioration : la valeur de l’indice est légèrement plus élevée (12,5 contre 11,8). Les diatomées considérées comme polluo tolérantes sont toujours inféodées aux substrats minéraux, signe d’un rapport récurrent en charge organique.

Les prélèvements différenciés apportent un surcroît d’information puisque 24 taxons supplémentaires, au niveau de genre, ont été inventoriés sur les supports dominants, qui se sont avérés très biogènes. Au niveau de la famille, le gain n’est que de 4 taxons, sans changement du groupe indicateur.

le Cône à la Borie

En ce qui concerne le Cône à la Borie, on constate également une amélioration de la note IBGN de 2 points par rapport à celle de l’année 2007. Cependant, ceci n’induit pas de changement de classe de qualité qui se maintient en Très Bonne (1A). Ainsi, avec une note de 19/20 , le Cône apparaît comme un cours d’eau de très bonne qualité. Le taxon indicateur appartenant au groupe apical maximal se trouve toujours présent au niveau de la station d’étude.

L’étude des Diatomées confirme la bonne qualité de ce cours d’eau car la communauté diatomique reste remarquablement stable par rapport à 2007. Elle est toujours dominée par des taxons polluo-sensibles. La valeur de l’IBD est la même que celle de l’année précédente qualifiant le Cône en Bonne Qualité (1B).

L’analyse relative aux prélèvements différenciés, révèle que l’échantillonnage des 4 supports supplémentaires apporte peu d’information au niveau de la famille car un seul taxon de plus est répertorié. Cependant, le composition faunistique obtenue au niveau du genre indique l’apport de 11 taxons supplémentaires sans influence sur la note l’IBGN qui reste représentative de la composition faunistique de la station.

 Pour le Lézert au niveau de la station Moulin de Roumégous

Pour le Lézert au niveau de la station Moulin de Roumégous, on assiste également à une amélioration de la note IBGN de 3 points par rapport à celle de l’année 2007, avec un gai de 9 taxons mais sans changement de classe de qualité qui demeure Très Bonne (1A). Il est à signaler que l’on se rapproche de la valeur obtenue en 2005 (19/20). Le Lézert reste toujours classé comme un cours d’aeu de très bonne qualité. Le taxon indicateur appartenant au groupe apical maximal se trouve toujours présent depuis 2003 au niveau de la station d’étude.

L’utilisation de l’IBD nuance légèrement cette classification, car les valeur indicielles classent ce secteur du Lézert en qualité Passable (Classe 2), tout comme en 2007. On retrouve toujours la présence d’un cortège mixte d’espèces caractéristiques des milieux chargés à très fortement chargés en matières organiques.

L’application du protocole DCE montre que, lorsque l’on prend en compte la totalité des 12 prélèvements ou seulement 8, les listes faunistiques différent : on obtient l’apport de 21 nouveaux taxons au niveau du genre et de 9 au niveau de la famille. D’une façon générale, sur le Lézert, les différents types d’habitats (marginaux et dominants) sont toujours tr-s biogènes et permettent l’accueil d’une faune très riche et diversifiée.

 
Inter actu

CONCLUSION GENERALE :

Eau disponible

Ce constat posé au vu des suivis mis en place sur le bassin versant du Viaur peut apparaître comme dissonant avec le travail réalisé dans le cadre de la Directive Cadre sur l'Eau. Ce dernier met en évidence que la majorité des masses d'eau du bassin sont en risque de non atteinte du bon état pour des raisons de dysfonctionnement biologique. Cette analyse s'appuie prioritairement, faute de données complètes pour l'appréciation de la biologie, sur des indices piscicoles mettant en évidence une dégradation des peuplements. De plus, ce constat de mauvais état est renforcé par une mauvaise qualité de l'hydromorphologie des cours d'eau.

 

Le suivi que nous avons réalisé doit être renforcé sur des aspects biologiques et hydromorphologique pour répondre au mieux aux objectifs de résultats de bon état et de suivi des cours d'eau afin de respecter les préconisations du SDAGE Adour Garonne.

 

 
Inter actu
 
Contrat Rivière Viaur

SMBV Viaur - 10 cité du Paradis - 12800 NAUCELLE

tél. : 05.65.71.12.64 - fax : 05.65.71.10.98

sage.viaur@orange.fr - www.riviere-viaur.com