Plan du Site
  • S'inscrire à la newsletter
  • Envoyer cette page à un ami
  • Ajouter ce site à vos favoris
  • Imprimer la page

Le réseaux hydrométrique

Classé grande rivière avec une largeur à sa confluence de l'ordre de 30 à 35 mètres, le Viaur se caractérise surtout par sa faible profondeur (moyenne de 1 mètre) et ses eaux vives sans vraiment être torrentueuses : C'est une rivière de moyenne montagne. La pente moyenne du cours d'eau est de 0,55%.

Etat des lieux

 

Les caractéristiques des données hydrologiques des stations de référence montrent une évolution des débits caractéristiques du sud du Massif Central. Ces cours d'eau, de régime pluvial, présentent des hautes eaux hivernales et des étiages importants en été, voire en automne. La nature géologique des terrains n'assurant pas d'effet régulateur sur les débits (pas de nappe phréatique permettant d'atténuer les étiages), l'irrégularité des débits annuels et inter annuels, est relativement forte pour l'ensemble des cours d'eau.

Cette situation est encore plus contrastée pendant les années humides. C'est sur le Vioulou qu'on observe les écarts les plus importants entre la période des hautes eaux et celle des basses eaux.

Le rapport entre le débit moyen mensuel le plus fort et le plus faible est toujours supérieur à 10 alors que les rapports entre les moyennes des précipitations ne sont jamais supérieurs à 2.

L’explication de cette incohérence apparente réside dans le fait que l’évaporation directe et les plantes interceptent l’essentiel des apports du printemps et de l’été et qu’aucune réserve souterraine importante ne permet de lisser les débits. Cet effet est sensible jusqu’au début de l’automne.

Heureusement pour les cours d’eau, les stocks naturels que sont les sols et l’aquifère superficiel ou profond se vidangent lentement assurant ainsi un débit résiduel même en l’absence de précipitations. Ces aquifères sont donc les seuls garants du débit d’étiage. Les étiages les plus sévères correspondent à des périodes de tarissement de ces stocks souterrains.

Une caractéristique importante à prendre en compte dans la gestion quantitative de la ressource est la présence en amont du bassin d'un « réservoir» hydrique constitué par les zones humides du Lévezou. En effet, le Conservatoire des Sites considère qu'un mètre carré de zone peut libérer 500 litres d'eau. Sur le massif du Lévezou, 31 sites soit 384 hectares ont été recensés. Ce qui représente un potentiel de 2 millions de m3 d'eau.

Valeurs de référence

 Le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin Adour Garonne prévoit la fixation d’objectifs quantitatifs à l’étiage (Débit Objectif d’Etiage et Débit de Crise) en différents points caractéristiques (notion de point nodal).

  • Le Viaur à Laguépie :            DOE = 1,6 m3/ s                    DCR = 0,3 m3/s
  • L’Aveyron à Laguépie :         DOE = 1,6 m3/ s                    DCR = 0,7 m3/s
  • L’Aveyron à Loubejac :         DOE = 4 m3/s                         DCR = 1m3/s

 

La vérification du DOE se fait à postériori : il est respecté pour l’étiage d’une année si, pendant cet étiage, le plus faible débit moyen de 10 jours consécutifs (VCN 10) n’a pas été inférieur à 80 % du DOE.

 

Le régime hydrologique d'un cours d'eau est la résultante des caractéristiques naturelles de son bassin versant et de l'impact des différentes activités humaines (utilisations de l'eau, aménagements hydrauliques).

 
Inter actu

Pour visualiser les données enregistrées sur ces stations :

Site Internet de la banque Hydro : http://www.hydro.eaufrance.fr/

 

 
Inter actu
 
Contrat Rivière Viaur

SMBV Viaur - 10 cité du Paradis - 12800 NAUCELLE

tél. : 05.65.71.12.64 - fax : 05.6571.10.98

karine.lacam@wanadoo.fr - www.riviere-viaur.com